Vernissage

Posted: martes, 9 de abril de 2013 by magali in Etiquetas:
0


Ma chère,

Quel plaisir que tu te souviennes de moi de temps en temps !

Hier quand tu m’as envoyé ton message j’étais à un vernissage très réussi. Deux artistes y exposaient leurs sculptures et confrontaient ainsi leur monde, créant comme un nouveau monde commun le temps d’une exposition. Oui c’était vraiment très réussi. Je t’enverrai quelques photos si je peux car je n’avais pas pris mon appareil.

Figure-toi- que j’ai rencontré Félix sur le chemin et il m’a accompagnée. Je me demande où il pouvait bien aller tout seul à 7 heures du soir ? En tout cas il a bien voulu m’accompagner et il m’a emboîté le pas comme s’il m’attendait pour aller à l’expo. Tout s’est bien passé jusqu’au moment où il s’est approché des boissons et a commencé à lever le coude sans plus de manière. En moins d’une heure il était éméché, à boire, à boire sans gêne. Je n’ai rien osé dire et j’ai fait comme si de rien n’était.

Ensuite nous sommes allés dîner dans un restaurant asiatique. Nous étions un petit groupe qui s’était formé. Là, il a demandé du vin et a continué à boire en mangeant. Quand le patron du restaurant nous a invité à un verre d’alcool de riz, Félix a accepté avec enthousiasme et a même demandé un second verre sous prétexte que l’alcool de riz lui plaisait énormément. Pendant tout le repas il a beaucoup parlé et a donné des leçons à tout le monde, prenant chaque idée à contre pied comme ça, juste pour le plaisir de s’écouter parler. Sa voix portait dans toute la salle du restaurant. J’ai surpris quelques regards vers notre table à plusieurs reprises.

Le pire c’est qu’il a voulu aller aux toilettes, elles étaient occupées et il s’est mis à faire des commentaires devant la porte des toilettes, debout devant tout le monde. Il disait je me demande bien ce qu’il a mangé celui-là, il n’a pas l’air pressé de sortir et il semblait content de lui, un large sourire idiot sur les lèvres. Vraiment très élégant comme tu peux voir. J’avais hâte que la fin du repas arrive.

En sortant il a parlé au patron comme s’il le connaissait depuis toujours, il lui a même tapé sur l’épaule et lui a dit que la prochaine fois il espérait bien avoir une double ration ! Comme s’il n’avait pas assez mangé ! Heureusement à ce moment là tout le monde se dirigeait vers la sortie et j’espère être la seule à l’avoir entendu car j’étais juste derrière lui. J’ai craint un moment qu’il ne demande un troisième verre d’alcool de riz ! Mais finalement non.

Quand il a voulu m’accompagner jusqu’à la maison, tu penses bien que j’ai refusé. Il avait l’air aussi gluant que le riz chinois peut l’être. Je me suis échappée en un clin d’œil.

Voilà ma chère pourquoi tu as pensé à moi hier. Je suis rentrée seule et un peu en colère. Heureusement l’exposition était très réussie.
Pauvre Félix !

Pregúntame, Alejandro Campins, 2008

0 comentarios:

LinkWithin