Ces éminents messieurs

Posted: sábado, 20 de octubre de 2012 by magali in Etiquetas:
0


V. Rodríguez, pintor mexicano, dos máscaras
Il faut que je vous dise que j’ai une sœur jumelle. Nous sommes nées le même jour du même œuf. Je ne me souviens plus laquelle des deux est sortie la première du ventre de ma mère. De toute façon on dit chez nous que la première est la plus jeune. Moi je n’ai jamais compris pourquoi mais il me plait de penser que je suis la première et la plus jeune car en définitive il n’est pas donné à tout le monde de défier la chronologie. Autant que ce soit moi.
Depuis toujours on dit chez nous que nous ne nous ressemblons pas du tout. Pourtant nous avons la même taille : un mètre soixante quinze exactement, la même couleur de cheveux : châtains et les mêmes yeux : noirs. Au départ. Je dis au départ car depuis mes quinze ans je me teins les cheveux, actuellement ils sont roux flamboyants et cela me va très bien. Je dis au départ aussi pour les yeux car aujourd’hui je porte des lentilles de contact qui me font les yeux noisette. Nous avons aussi la même démarche et nous sommes gauchères toutes les deux.

Moi je sais bien qu’on est identiques mais chez nous personne ne veut le voir. Cela a commencé à l’école avec la maîtresse, mais j’ai vite compris que Seño-Guillermina était débile. Pas aveugle, juste débile. Enfin Paulina comment peux-tu être tellement écervelée quand ta sœur est si sage ! ou alors, enfin Carolina essaie de raisonner un peu ta sœur, un vrai moineau sans cervelle cette pauvre Paulina, qu’est ce qu’on va bien pouvoir en faire ?

Si je courrais toujours après les garçons ma sœur passait son temps à courir après les livres à la bibliothèque, si je me battais pour avoir le premier rôle dans le spectacle de fin d’année, c’était ma sœur qui lisait le plus beau texte au micro. Le jour de nos quinze ans j’ai obtenu ma première décoloration de cheveux et ma sœur sa première pige dans un magazine pour adolescents, quand j’ai glané mes premiers dollars avec les touristes, elle a vendu ses premiers articles.

J’ai perfectionné ma technique, j’ai toujours les ongles impeccables, je peux me maquiller dans le noir, je sais marcher sur des talons de quinze centimètres avec le naturel le plus complet et je peux danser la salsa toute la nuit sans me fatiguer, j’ai toujours le plus beau sourire aux lèvres. Ma sœur aussi est devenue experte, d’articles elle a publié des dossiers bien épais, puis des livres sur des sujets toujours très intéressants (qui en général intéressent une poignée de messieurs éminents) puis elle a été indispensable au comité de direction de nombreuses revues et aujourd’hui elle dirige la moitié des éditions du pays.

Je vois bien que de la même façon que je prends un homme, l’utilise et l’archive, elle prend un livre, l’utilise et l’archive. Aujourd’hui je suis installée à la terrasse du café Flore à Paris, j’y attends ma sœur pour un chocolat chaud. Elle voyage énormément, de conférences en colloques avec son passeport diplomatique. Moi aussi je voyage énormément de conférences en colloques, j’y accompagne les éminents messieurs qui se sentent un peu trop seuls. Mon passeport est français depuis bien longtemps, j’ai archivé l’autre. Tout bien réfléchi c’est vraiment l’unique différence entre ma sœur jumelle et moi, je ne comprends toujours pas pourquoi on dit chez nous que nous ne nous ressemblons pas du tout. 

0 comentarios:

LinkWithin