Too much love

Posted: martes, 24 de abril de 2012 by magali in Etiquetas:
0

Flora Fong, Huracan las vidas rotas
Il ne la quittait pas des yeux. Joaquim la suivait du regard, Elisa lui plaisait comme aux premiers jours. Il la voulait pour lui. Son travail l’occupait : elle filait de la maison au travail, du travail aux réunions de travail, des réunions de travail aux dîners. Ses engagements l’accaparaient.. Ses amis la sollicitaient.

Il la voulait pour lui.Un beau couple ! Ça oui ! Ils ne passaient pas inaperçus où qu’ils aillent, quoi qu’ils fassent. Elle était magnifique, grande et svelte, une peau impeccable, des cheveux jusqu’au milieu du dos, de grands yeux noirs. Une belle femme. Sa femme. Aimée de tous, bien entourée et à n’en pas douter, convoitée.

Il la voulait pour lui. La naissance de Pablito n’y avait rien changé. Elle s’occupait de l’enfant naturellement mais avait continué sorties, travail, responsabilités. D’un bras elle allaitait l’enfant et de l’autre elle répondait au téléphone, toujours souriante et disponible. L’enfant était discret, un bébé sans problèmes. Elisa était toujours aussi belle Il la voulait pour lui Elisa filait. Elisa revenait et repartait. Il la voulait pour lui. Joaquim la voulait pour lui. Être son centre. Mais je t’aime mon amour. Je n’aime que toi, tu sais bien. Regarde notre fils comme il est beau, comme sa santé est bonne, comme il est sage. Ne sois pas tyrannique. Ne sois pas jaloux. Il la voulait pour lui. Joaquim perdait pied.

Ce soir là Pablito était seul au milieu du salon. Il attendait sagement le retour de sa maman. Une note de son papa sur la table du salon : Je te quitte.

0 comentarios:

LinkWithin