Chapitre drague, page 17

Posted: jueves, 5 de enero de 2012 by magali in Etiquetas:
0



El jíbaro Pedro L. Lazo, por Livan Fuente
 Mon amour, tu es la femme de ma vie. Je le sens, je le sais.


Tiens, le guide disait vrai…

Tu es belle, tu es une princesse, je veux te rendre heureuse. Je ferai tout pour toi et pour tes enfants. Tu peux avoir confiance.

Martín m’a plu immédiatement. En short, ses cuisses épaisses et musclées font de lui un homme puissant. Il me parle librement et avec naturel. Deux représentations se livrent bataille en moi : celle de l’homme idéal et celle du dragueur professionnel... On se connaît depuis quelques heures seulement.

Mon amour, je suis prêt à tout avec toi, je suis prêt à aller très loin.

Ses yeux noirs et rieurs sont fixés sur moi sans vergogne. Pendant quelques secondes j’ai l’impression que Martín est l’homme que j’attends depuis toujours. L’homme de ma vie, comme il dit. Je me trouve ridicule à penser ça. Les femmes seules doivent voyager avec une certaine prudence, ici la drague est un sport national, les cubains sont prompts à lier amitié et plus si affinités. Je me demande si c’est un mec frustré qui a rédigé le guide ou plutôt une nana à cheval sur les principes ?

Une belle femme comme toi ne peut pas rester seule, c’est un péché. Je te promets de faire de toi la plus heureuse des femmes. Je suis sincère, tu entends mon amour ? Je veux qu’on ne se quitte plus jamais, qu’on soit ensemble pour la vie. Je veux t’épouser.

La demande en mariage peut faire partie de leur rituel de drague. Page 17.
Quatre heures qu’on est ensemble et il me demande en mariage. A combien d’étrangères a-t-il déclaré sa flamme de la même façon ? Je ne vais quand même pas lui parler de Mai 68, de la liberté sexuelle et tout le tralala. Je reconnais cependant qu’il me fait les plus beaux compliments que je n’ai jamais entendus, pas même le père de mes enfants ne m’avait parlé ainsi. Je me sens belle, je me sens sexy, je me sens forte et surtout je me sens heureuse. C’est agréable. Je sens fondre toutes les défenses accumulées par une expérience respectable en matière d’amour et de sexe, un savoir empirique que j’assume entièrement... Je suis en effet une femme libérée et voilà qu’on me demande en mariage. C’est un comble. Au secours !

Je sais que tu as besoin d’un homme avec toi, je suis cet homme. Tout me plait en toi, tes yeux, ta bouche, ta peau, ton corps et même tes petits grains de beauté. Tu es un soleil. Tu vois on a fait l’amour je pourrais abandonner l’affaire, mais non, au contraire je veux être ton mari, je veux être à toi.

Récapitulons. Quatre heures qu’on se connaît. De grands séducteurs qui ont fait de la drague un véritable sport national. Que ne feraient-ils pas pour séduire une femme ? Toujours page 17. Quatre heures de bonheur. Récapitulons ou capitulons ?

0 comentarios:

LinkWithin