Art pour tous

Posted: jueves, 14 de abril de 2011 by magali in Etiquetas:
0


- Moi j’y serai à huit heures.
- A huit heures ?
- Pour boire et manger tu sais bien que je suis toujours le premier.
- Ah ça oui ! Tu ne changes pas.
- La dernière fois je suis arrivé plus tard, il n’y avait plus rien de bon à prendre.
- J’essaierai d’y être aussi mais je ne te promets rien.

- Ecoute, viens, Nono a dit qu’il y allait et si Nono vient Darío à coup sûr y ira aussi.
- Tu crois ?
- Ben oui, tu les as déjà vu l’un sans l’autre ?
- Non, c’est vrai, mais j’ai du mal à imaginer Darío dans ce genre d’endroit, en plus huit heures c’est un peu tôt, en général il sort plus tard.
- Eh bien viens un peu plus tard, comme tu le sens mais en tout cas si tu veux le voir sans en avoir l’air, c’est l’occasion.

- Tu crois qu’il va lire ses poèmes ?
- La barbe, j’espère bien que non. Tout au plus un mais certainement pas davantage.
- La dernière fois il a commencé et personne n’a pu l’arrêter, quel nombrilisme quand même. J’étais gênée pour lui.
- Moi je m’en fiche complètement, je fais comme si j’écoutais et hop je débranche et je pense à autre chose, quand les gens applaudissent je fais pareil.
- Oui mais s’il te demande ce que tu en penses ?
- Je dis que c’était très bien et en général je cite un mot ou deux, tu vois, le parc Céspedes, la Cathédrale, tu sais bien que tout tourne autour de lui, de sa ville, de sa vie, c’est pas compliqué quand même.

- Amanda ?
- Mon ciel ! Quoi de neuf ?
- Tu viens ce soir à huit heures ?
- A l’espace Elvira Cape ?
- Non, à l’espace Hermanos Saíz, l’expo de David...
-Ah oui j’avais complètement zappé, je sais pas, j’avais prévu d’aller voir les photographies sur Haïti
- Ah bon, moi j’y vais il est venu à mon expo le mois dernier, alors je me sens un peu obligée quand même.
- Tu peux passer le saluer, qu’il te voit et après tu pars voir les photos.
- T’as un plan là-bas ou quoi ? Allez fais pas ta chochotte, viens !
- Non j'ai pas vraiment de plan, enfin je sais pas encore... Si je vais jusqu’à l’espace Hermanos Saíz j’aurai pas le courage de retraverser la ville ma vieille, t’es folle.
- Oui je sais c’est un peu loin, écoute essaie de venir, c'est trop chiant si t'es pas là.


A vingt deux heures trente le salon de l’espace Hermanos Saíz ferme ses portes, l’exposition a été un vrai succès. Les amis de David étaient tous là, il a même lu quelques poèmes pour mettre ses oeuvres en situation. Chacun l’a félicité. Un vrai succès.

0 comentarios:

LinkWithin