Ce sera donc pour le 01 janvier !

Posted: miércoles, 30 de marzo de 2011 by magali in Etiquetas:
0

Son ventre était déjà rond quand la mère de Yalili décida de consulter. Elle connaîtrait désormais ce bébé qui poussait en elle. Sa marraine de religion la fit entrer en lui donnant la bénédiction.
D’abord les écorces de coco furent tirées plusieurs fois au sol devant l’autel d’ Elegguá. Celle qui avait les pouvoirs chuchota les mots secrets à l’oreille de la future mère et interpréta attentivement les réponses obtenues à la lumière de la religion. La mère de yalili ne se souvenait plus très bien aujourd’hui du reste de la cérémonie... Sous le pouvoir des Orishas son esprit avait vagabondé. Mais le résultat de la consultation était resté gravé : C’est une fille et elle va bien. Comme toutes les princesses elle porte son pouvoir sur la tête, s’entendit-elle prophétiser par la marraine qui, vidée de ses énergies, se laissait tomber sur le siège le plus proche.

Ensuite les deux femmes échangèrent encore quelques phrases, des banalités sur la vie tout en sirotant une partie du rhum destinée aux Saints... L’une d’elle alluma un cigare qu’elles fumèrent ensemble en silence, introduisant à intervalles la partie incandescente dans leur bouche afin de souffler la fumée sur les autels. Elles lorgnaient bien vers le gros gâteau blanc posé devant Obatalá mais aucune des deux ne se serait risquée à mettre la main sur l’offrande, le rhum finit par leur faire oublier la faim.

La mère de Yalili connût une grossesse heureuse, elle avait beaucoup d’énergie. Son corps changeait et devenait plus appétissant. Elle fit l’amour très souvent pendant ces neuf mois. De temps en temps elle sentait un léger chatouillis dans le ventre, comme des bulles de gaz qui éclateraient gaiement, cela la faisait rire. L’enfant vivait en elle joyeusement. Le soir du 31 décembre elle festoya en bonne et due forme. Son ventre était énorme, elle ne pouvait plus s’accroupir, l’accouchement approchait. Vers deux heures du matin elle sentit son bébé qui tournait et retournait pendant qu’elle-même dansait. Elle n’y prêta pas une grande attention car elle se dit qu’il dansait lui aussi. Puis elle eut la sensation que l’élastique de sa culotte cassait, au même moment un liquide chaud lui coula sur les jambes. Ça y est ! Le moment est venu se dit-elle. Le travail a commencé, la petite ne veut plus danser dans mon ventre, elle veut voir le monde et elle sera parmi nous aujourd’hui. Ce sera donc pour le 01 janvier !

Dans la nuit douce de ce premier jour de l’année la mère de Yalili quitta la fête et rentra lentement chez elle. Elle se baigna avec les herbes qu’elle avait réservées pour l’occasion, frictionna avec soin son ventre, ses seins et ses reins tandis que les chatouillis reprenaient, de moins en moins espacés, toujours aussi gais. Quand elle fut prête elle empoigna la petite mallette et quitta la maison sans bruit à la recherche d’un taxi.
Elle ne trouva qu’une moto-taxi qui ferait bien l’affaire. A la maternité ! Dit-elle. Le jeune chauffeur lui examina le ventre, légèrement anxieux. Il n’allait pas se fourrer dans des problèmes le premier jour de l’année, il suffirait qu’elle accouche en route... Cependant la future mère dégageait une grande sérénité. Alors il se dit que c’était là un signe de bonne augure. N’était-on pas le 01 janvier ?

Il l’aida à grimper, cala la mallette entre son dos et le ventre proéminent, puis il mit en marche le moteur. La mère souriait à Yalili qu’elle connaissait déjà.

0 comentarios:

LinkWithin