Le frère de Luisa Gil

Posted: domingo, 9 de mayo de 2010 by magali in Etiquetas:
0


A 18 ans, bientôt 19, Marion se sent déjà femme. Elle a un copain, une voiture et beaucoup de liberté. Elle n'étudie pas énormément mais a beaucoup d'amis, bien sûr elle vit chez ses parents. Elle trouve cela normal, après tout c'est leur responsabilité quand même ! Elle n'est pas encore indépendante.
Elle passe beaucoup de temps au téléphone ou sur MSN et Face Book, ben oui ! Elle a beaucoup d'amis. Elle s'octroie un moment de repos, complètement coupée du monde, afin de voir son feuilleton télé préféré : Plus belle la vie. C'est le seul moment de la journée (sauf en cours) et de la nuit où son portable est sur le mode vibreur.
Le lycée, bof ! c'est pas sa tasse de thé, ses parents la poussent, ses amis et son copain y étudient avec elle. Elle y va aussi mais vraiment sans grand intérêt, sauf pour commenter la dernière fête, préparer le bal de fin d'année du lycée, ou parler chiffon, maquillage avec ses super copines... Elle a fini par répéter qu'elle veut son Bac, qu'il lui faut le Bac mais après elle ignore bien pour quoi faire ? Peut-être la fac puisque l'ambiance, paraît-il y est super sympa...
Ce lundi Marion a les cheveux très longs (rajouts), les yeux bleus (lentilles) et un nouveau percing au visage (le troisième). Elle porte aussi un nouveau T shirt à l'effigie du Che. Elle provoque quelques regards admiratifs, des interrogations diverses et variées de ses camarades, bref elle devient pendant un quart d'heure le centre d'intérêt du petit monde de la Terminale L.
Seuls les profs ne réagissent pas devant son nouveau look. Ils font comme si de rien n'était. Le cours d'espagnol commence, chiant comme d'habitude, pourtant le texte à lire est court, environ 7 lignes. Mais bon, elle comprend rien. Elle a pas envie de lire tout ça... Quelques camarades vont sûrement répondre. Elle se cache derrière la camarade assise devant elle.
- Qui sont les personnages ?
Réponse : « Mario Vargas LLosa ».
La prof change de visage, d'abord incrédule puis légèrement agacée : « Comment ? Au mois de mai, vous continuez à confondre auteur et personnage ? C'est pas sérieux... Non, enfin ! ».
-Ouf, le lèche-cul, le puceau de la classe répond. Voilà, elle l'a son personnage : « Luisa Gil ».
Question : « Est-ce que Luisa Gil apparaît dans le dialogue ? »
Oh là là ! elle va encore nous gonfler avec son histoire de narration, de dialogue, de discours indirect et direct, ou pire encore cet espèce de truc incompréhensible, le discours indirect libre. Alors là, le pompon, Marion n'y comprend rien.
Donc voilà la situation : deux hommes parlent, enfin l'un parle et l'autre acquiesce : « Oui excellence ». Ils parlent de Luisa Gil car celui qui acquiesce est son frère.
Marion regarde sa montre, tellement craquante, le bracelet super super fin lui enlace trois fois le poignet. Elle est vraiment chou cette montre ! Merde ! Ça fait 20mn qu'ils parlent pour savoir qui sont les personnages du texte et quel est le thème de leur conversation... Le temps lui semble figé, qu'est-ce qu'elle s'ennuie.
Bon maitenant il semble que la situation soit un peu plus claire : Son excellence (un certain dictateur Trujillo, d'un de ces pays où ils passent leur temps à se battre pour la justice et à mourir pauvres et jeunes, la prof d'espagnol semble adorer ça.) ordonne donc à son interlocuteur, le frère de Luisa Gil, qu'il rompe avec elle.

Alors là ! Marion lève la main, pourquoi le frère et la soeur ont-ils une relation ? Est-ce accepté là-bas ? (elle ne se souvient plus de quel pays il s'agit).
Eclats de rire de quelques camarades, dont le puceau, et la prof qui devient un peu sévère, son visage se ferme.
- Mais enfin Marion ! Si tu ne rêvais pas autant tu aurais compris qu'il ne s'agit pas du frère de Luisa Gil mais de son fiancé !
Marion est rassurée : ah bon ! Encore que l'idée de débattre de l'inceste lui paraît beaucoup plus actuelle que ces histoires de dictateurs, de frère, de fiancé, enfin de gens très bizarres, dans des situations qui n'ont rien à voir avec ses préoccupations. Car elle, elle a les pieds sur terre, pas comme la prof, d'ailleurs elle s'intéresse à l'actualité elle ! La preuve : elle regarde toutes les émissions qui traitent de problèmes sociaux : inceste, viols, violence conjugale, divorces, suicides, enfin la réalité quoi ! Pas ces histoires sans queue (ah ah ah !) ni tête, des histoires de prof quoi.
La montre indique qu'il reste 10mn, ouf, le temps de copier les 3 lignes du tableau et de ranger son ensemble : trousse-cahier de texte-cahier dans son sac assorti. Chez Marion tout est à l'effigie du Che, il est tellement craquant ce mec.
Bon, encore une question, la prof les rassure en disant que c'est la dernière :

- Si le frère de Luisa Gil est accusé de subversif par Trujillo, que pouvons-nous donc comprendre de ses idées ?
Marion saisie d'une soudaine lumière, ça fait tilt, lève la main pour la seconde fois. Elle sait.
- Parce que c'est un terroriste ! 
Non mais ! La prof ouvre de grands yeux, tandis que Marion est très fière de prouver qu'elle est vraiment une fille de son époque.

0 comentarios:

LinkWithin