Génération débrouille

Posted: domingo, 17 de enero de 2010 by magali in Etiquetas:
0


Cette semaine non plus, l'eau n'est pas arrivée. Rosa part au travail, elle laisse le robinet de la citerne ouvert, sait-on jamais... Et si l'eau arrivait alors qu'elle était au travail ? Deux heures du matin Rosa dort à poings fermés lorsqu'un bruit familier, un gouttellement enchanteur la réveille. L'eau s'est déversée de la citerne pleine à la deuxième citerne puis de la deuxième citerne au mur du patio intérieur, puis du mur au sol de l'appartement par la fenêtre intérieure, puis du sol de l'appartement au couloir de l'immeuble et successivement à tous les étages. Rosa se lève, patauge prudemment dans la flaque immense, atteint le robinet et le ferme enfin. Elle ouvre la porte du palier et crie à tue-tête pour les voisins : l'eau est arrivée ! Elle regagne sa chambre, s'essuie les pieds avant de se remettre au lit. Elle se rendort bercée par le clapotement des citernes des voisins qui déversent elles-aussi leur trop plein le long de la façade de la cour intérieure de l'immeuble.

Ce matin Rosa va partir au travail, elle laisse le gas allumé. Depuis hier elle cherche des allumettes ou un briquet. Ce matin elle vient de griller la dernière, comment faire ? Sans allumette pas de réchaud et sans réchaud pas de repas chaud et sans repas chaud pas possible. Elle baisse le bouton du gas au maximum puis quitte son appartement.
Elle se réjouit de ce que la citerne soit encore bien pleine, ce soir c'est sûr elle aura douche et repas chaud.

0 comentarios:

LinkWithin